Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 20 mai 2012

almost happy

 

 

Le gros ventre abritant le futur fils de catwoman et Lucky Luke.

Je suis là, dans mon élément, mon autre chez moi. Et elle est là avec moi. J'aime regarder et écouter ses réactions devant ces lieux que j'ai vus dix fois, vingt peut-être. Le chapeau melon, ses sourires, la ballade pas raisonnable mais on s'en fiche, le fish'n chips... Les trois jours avec elle que j'attendais depuis 15 mois. Le week-end que tu mets parfois sur pause pour mieux le savourer.

Un concours de like entre les photo de la jolie mini-bean et celles de mes lunettes.

Dormir chez elle pour économiser ma cheville. Me pelotonner sur le côté en sachant que je vais fatalement l'empêcher de dormir, un désagrément que sa profonde générosité a volontairement ignoré. Tout comme elle a ignoré les deux heures d'embouteillages sur le périph pour venir me chercher.

La longue conversation téléphonique salvatrice. Celle où je suis autorisée à râler sans chercher de solution.

Ce pays finalement pas très beau, pas au premier regard en tout cas. Mais rempli de ces moments parfaits, ceux dont on ignore même comment ils se produisent. Les chutes fermées, le vieux continent, la sieste dans l'herbe, le match de hockey, le thé montagne bleue qu'on a emporté et qu'on boit en pensant à Henri et à ses amis, lors de sa soirée d'anniversaire, les expatriés connus ou non qui partagent leur Canada.

Un instant volé aux futurs mariés, enlacés, silencieux, rayonnants de la beauté qu'ils me distribuent sans compter.

La journée la plus douce du printemps. Celle où on se perd dans les sous-terrains puis dans ses pensées, sur la haute chaise à remplir les dernières cartes postales et lire GQ en grignotant mon muffin, la musique mise plus fort l'air de rien quand je me mets à onduler des épaules, le silence profond de ceux qui ne s'obligent pas à meubler les instants... l'au revoir maladroit de deux timides qui espèrent s'être dit combien c'était chouette, cette découverte de l'autre.

Le vert tendre des feuilles nouvelles. Le rose fuchsia de ma nouvelle culotte. Le bleu délirant des cocktails de la distillerie.

 

montage.jpg

jeudi, 17 mai 2012

Tindersticks au Trianon

  

Pas un bonsoir pas un sourire pas un signe.

La musique commence immédiatement, alors que je ne me suis même pas préparée, que je ne suis pas tout à fait certaine d'avoir déjà entendu une seule chanson des Tindersticks. En route. Pas de préparation. Tu suis ou tu restes là et tu t'occupes en attendant que ça passe.
 
Etant donné l'étonnement que ce début de concert hyper abrupt a créé chez moi, j'ai pas hésité, j'ai ouvert la portière et me suis embarquée avec eux. Au pire, me suis-je dit, je pourrais toujours somnoler à l'arrière ou m'échapper lors de la pause pipi.
 
En réalité, je ne suis pas descendue, je suis restée dans la voiture, j'ai voyagé avec Tindersticks jusqu'au bout. On venait de finir le repas du dimanche dans le Maine, on partait vers le Sud, il faisait chaud, comme une fin de journée d'été, on partait à l'aventure le long d'une route qui semblait infinie. J'ai pensé aux photo douces et nostalgiques de Nicolas Brunet sur la route 66 et à celle-ci en particulier. Le voyage paraissait plein de promesses.
 
Au détour d'une chanson, j'ai fermé les yeux, j'ai écouté la voix profonde du pianiste me raconter l'histoire d'un couple, j'ai laissé couler la musique qui faisait couler sous mes paupières les paysages qui défilent derrière la vitre, je crois qu'on était en Louisiane. Je me sentais seule dans la salle de concert. Comme si c'était juste pour moi que ces notes et ces mots étaient joués.
 
Chaque fois qu'une chanson finissait, des applaudissements nourris mais jamais d'hystérie. Je crois que tout le public était à l'unisson. Enthousiasme profond mais serein.
 
Chaque morceau me faisait vivre des sensations différentes, le voyage avançait peu à peu. De ce fait,  quand j'y repense, j'ai le souvenir d'un moment cinématographique et pas seulement musical. Pas l'addition de moments mais un ensemble homogène. Au point que malgré les applaudissements, j'ai l'impression qu'il n'y a eu qu'un seul morceau.
Je sais qu'à un moment, on s'est arrêté dans un joli motel au bord de la route, il me semble qu'on a aussi pique-niqué sous les arbres pas loin d'un lac, on a fait une pause pour boire un ice cream soda sur main street dans une toute petite ville endormie.
 
L'autre passagère et moi, on se regardait souvent en souriant pendant que le pied ou la tête marquait le rythme. Je ne sais pas si on ressentait la même chose, mais on était heureuses de les écouter. Et puis on a fini par arriver. Mais ce n'était pas triste parce que c'était écrit : on faisait un morceau de route ensemble puis on se retrouverait, si on le souhaitait, en écoutant l'album.
 
Et ça marche, chaque fois que j'entends Tindersticks, je m'en vais.
 
 
 

 

 

21:56 Publié dans Ba zik | Lien permanent | Commentaires (1)

jeudi, 03 mai 2012

Dilution

 

Dos vouté qui s'éloigne discrètement sous l'oeil indifférent des passants guettant le feu orange puis rouge. Volutes de soleil couchant dans la poussière de l'air ambiant enfermé. Pressentiment de l'orage salé.

DSCN4984.JPG

Gris fondu au loin, formes indistinctes de pins et de marins. Vent serein qui secoue les voisins. Musique choisie avec soin dans la salle de bain. Shampoing puis crème de soin sur joues mouillées. Sensation salée.

 

Désespoir que laissent entrevoir les soupirs dont le noir n'est plus le seul tiroir. Miroir qui ne croise plus le regard trouillard des matins de semi-cafard. Grand écart, essai de sourire dans le reflet. Abandon salé.

dilution.jpg

21:08 Publié dans Intibacy | Lien permanent | Commentaires (1)