Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 16 juillet 2011

Sashimi maison

Les sashimi, le graal pour moi, le truc que juste regarder la préparation, je bave d'admiration. Le plat que j'ai quand toujours rêvé de savoir faire.

crédit photo rofi
Ingrédients :
Du poisson
De la sauce soja salée
Du wasabi
Eventuellement du radis rapé
Temps de préparation :
15 à 20 minutes en moyenne
Si vous avez bien fait votre travail, c'est prêt à la sonnerie
Préparation :
Prendre son téléphone.
Composer le numéro de téléphone du japonais qui livre et qui est le plus proche de chez soi.
Passer commande calmement (respirer par le ventre si nécessaire, la compréhension étant parfois aléatoire).
Attention, moment technique : si l'on n'a pas de cash, toujours demander si on peut payer par carte ou chèque ou ticket resto.
Attendre.
Répondre à l'interphone poliment.
Donner le bon étage !
Prendre livraison du paquet.
Laisser un pourboire au pauvre jeune homme essoufflé d'avoir monté les 8 étages à pieds pour cause d'ascenceur en rade.
Fermer la porte.
C'est prêt !

mardi, 11 mai 2010

Une poule sur un mur

Sous cette appellation rigolote aux accents d'enfance, on trouve un petit restaurant situé rue Marie Stuart à Paris. J'y suis allée un midi, pour découvrir ce tout nouvel arrivant dans le coin.

Première surprise plutôt sympathique : il y a un menu du midi à 15 euros pour entrée/plat ou 18 euros pour entrée/plat/dessert chez une poule sur un mur.

Quand on ouvre la porte, on se retrouve dans une très jolie salle, à la décoration toute simple qui donne une impression lumineuse et chaleureuse. La table est tout simplement dressée, juste un ou deux petits détails montrent que cette impression de simplicité n'est pas un hasard : un rond de serviette original, une salière et poivrière désassorties.

 

POULE.jpg
J'ai commencé par une terrine au poivre vert. Quand l'assiette est arrivée, très bonne surprise, pas de tranche décorée de salade verte, non, une petite terrine par personne. On soulève le couvercle et on plonge avec gourmandise le couteau dedans pour l'étaler sur du pain qui croustille. J'ai préféré en laisser de peur de ne pas pouvoir manger la suite !

Ensuite, on m'a servi une entrecôte sauce vigneronne avec purée maison très bonne, sachant que je n'aime pas la purée, c'est un vrai compliment. (J'en profite d'ailleurs pour dire ici mon seul bémol : en accompagnement des 2 plats du jour, c'était de la purée. Dommage quand on n'aime pas ça...)  Petit plus de la maison : pour ceux qui préfèrent ne pas mélanger la purée avec la sauce de la viande, elle était servie juste à côté, dans une mini-soupière. J'ai pu la picorer directement dedans.

On arrive gentiment au dessert. Je sais, je sais, c'est midi, bientôt le maillot de bain et tout le reste mais la mousse de fromage blanc me faisait de l'oeil, j'ai craqué. Et j'ai bien fait. Délicieux, aérien, comme de la chantilly en moins sucré et moins gras, parfait dosage de fruits rouges.

Parmi les détails qui font la différence à mon sens :
- une musique toute discrète et une insonorisation suffisante pour ne pas se sentir envahi par les discussions du groupe de 10 personnes qui se trouvait juste derrière.
- on change les couverts à chaque plat. Ça ne semble rien mais ça fait plaisir de se dire qu'on ne fait pas d'économies de bout de chandelle. Ne pas s'entendre dire : "Non, gardez vos couverts..." ben ça m'a plu.
- les serviettes de table en coton. Du vrai, du lavable. Ô joie, pas de serviette qui s'émiette au fil du repas, pas de pseudo-tissu ou d'acrylique au toucher tout cheap.
- tout est maison, y compris le dessert. Or, on est souvent vraiment déçu par les desserts baclés alors que le reste était très bon. Pas là. Le repas est bichonné jusqu'au bout. Merci.

 

J'ai pris des cartes et j'en ai distribué à mes collègues pour les déjeuners qui changent de l'ordinaire.  En plus elle est sympa avec sa petite poule. J'ai bien aimé le cadre, la gentillesse du patron, les plats simples mais vraiment frais, ça se sentait. En prime pour les beaux jours, il y a une terrasse sur rue hyper calme, à réserver parce que bien sûr, c'est elle qui est la plus convoitée...

 

Une poule sur un mur
5 rue marie stuart
Paris 75 002
Metro Etienne Marcel
tél : 01.42.33.05.89.

 

 

mardi, 20 octobre 2009

Pâtes aux Petits Pois



Ca a l’air complètement impossible comme recette, le genre de truc que personne ne voudrait manger et pourtant c’est une de mes recettes préférées…

Les ingrédients :

Des petits pois surgelés (jamais essayé avec des en boîte)
Des lardons fumés ou de la poitrine fumée ou du bacon (enfin, vous avez l’idée hein ?)
1 gros oignon
3 grains d’ail
Un cube de bouillon (ou du bouillon maison même)
Du basilic
De l’huile d’olive
Des pâtes : en théorie, il faut des Farfalle (faudrait que je vous explique un jour quelles pâtes vont avec quelle sauce. C’est une religion limite. Mais je vous laisse faire les mécréants et choisir une autre sorte si vous le souhaitez…)

Les proportions :

Je suis assez nulle pour les quantités, je suis très adepte du pifomètre Alors normalement, pour 2 personnes, je mettrais 250 grammes de petits pois et 100g de pâtes sèches. Je considère que c’est un plat unique quand j’en fais.

Les instructions :

Faire blondir un oignon dans de l’huile d’olive.
Verser un bon litre d’eau additionnée d’un cube de bouillon.
Porter à ébullition.
Verser directement les petits pois surgelés dans l’eau.
Jeter du basilic dans l’eau.
Baisser le feu et faire cuire.

Quand les petits pois sont cuits, faire cuire les pâtes mais pas complètement, même si vous aimez les manger très cuites. Faites-moi confiance. Donc au moment où on arrête la cuisson des pâtes, elles doivent être avant le stade "al dente" , limite un peu crues au milieu. (On pense à saler l’eau des pâtes bien entendu….)

On égoutte les pâtes.
Dans la casserole, on fait revenir les grains d’ail dans de l’huile d’olive.
On verse les pâtes sur l’ail qui dore. Et ensuite, on ajoute les petits pois et le bouillon sur les pâtes.
On refait cuire le tout ensemble 3 minutes.
On jette à nouveau un peu de basilic dedans avant de servir.

It is PRET !!!!

lundi, 08 juin 2009

Mint tea

Très vite je me suis aperçue que le thé à la menthe allait émailler mon voyage. Au départ parce que 'on m'en a offert, ensuite parce que chaque fois qu'on s'arrêtait pour boire un verre, je choisissais le thé à la menthe sur la carte. J'ai donc décidé de les noter pour me souvenir de chacun de ces moments.

Au final j'en ai bu 18 en 9 jours. Ce qui ne fait qu'une petite moyenne de 2 par jour... dont 6 pour le petit déj.

n°1 : bienvenue au Maroc, voici un petit thé pour te remettre du voyage.
n°2 : regarde la vue sur la baie de Rabat depuis le jardin des Oudaïas et prends un gâteau aussi, allez... !

n°3 : après le couscous, il faut, un thé à la menthe !!

n°4 : un café à J'Dida, en route vers Essaouira et une pharmacie ouverte en ce samedi aprem
n°5 : sur un bout de table à Oualidia, pour accompagner des beignets tout chauds

n°6 : petit déj devant le parc à huîtres
n°7 : devant la cheminée du ryad d'Essaouira

n°8 : petit déj en terrasse sous le vent à côté des araucarias
n°9 : à la terrasse du café des surfeurs, pieds au vent et au soleil, à Sidi Kaouiki juste avant une balade en dromadaire sur la plage déserte
n°10 : au resto de popeye, après ma première pastilla au poulet

n°11 : petit déj crèpes mille trous et goëlands gourmands qui piquent les beignets dans l'assiette
n°12 : une terrasse au soleil couchant, épuisée après 2 heures de massage
n°13 : au chaud devant la cheminée alors que j'étais frigorifiée mais toute joyeuse de ma découverte de l'araignée de mer grillée

n°14 : dernier petit déj à Essaouira
n°15 : après un dîner sur la place Jemaa El Fna, verveine pour l'une mais pas pour l'autre

n°16 : dégustation de khlie (sorte de tuerie que je sais pas écrire) avec mes oeufs et quelques gorgées de thé
n°17 : dîner avec la coccinelle arrosé de thé à la menthe !

N°18 : petit déj au soleil, servi par un serveur beaucoup trop lent qui devait avoir compris que je voulais pas partir...

morocco.jpg