Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 13 octobre 2008

Escargots dans le grillard

Oui, certaines ont des titres plus nobles et ronflants -type "Gorilles dans la brume"- mais moi, ma lutte sans fin, ma quête du Graal, c'est la protection de l'escargot.

Revenons aux sources de cette bataille pour les droits du gastéropode :
Je suis petite et on m'offre une cage à oiseaux toute simple et super jolie. Montants en bois et petits barreaux assez fins en fer. Une petite porte coulissante sur le devant.
Pourquoi comment je n'en sais rien, je me décide à y élever des escargots. Je vis à l'époque à la campagne -mais une campagne vraiment profonde, hein ?- trouver des spécimens est donc très très facile. Idem pour l'herbe fraîche, les feuilles et autres cochonneries que les enfants sont ravis de tripatouiller.

Attention, pas d'animaux blessés ni mal aimés (mal aimé... je suis la mal aimé...). Régulièrement, je les fais se balader sur mes mains, je m'amuse avec leurs petits yeux d'antennes, je leur donne des feuilles de VRAIE salade que maman met de côté. Je nettoie la cage aussi (je ne me souviens pas où je les mets pendant ce temps, en revanche...) et je les compte, les compare, les observe... Je joue avec eux pendant des heures !


Ma passion pour ces silencieux un tantinet baveux ne s'est jamais démentie depuis. Impossible d'en manger un seul. Vraiment inenvisageable.

Véritable Dian Fossey des temps modernes, j'oeuvre -que dis-je- je lutte pour la protection de l'escargot : je tente de dégoûter tout les gens que je croise de les manger, je sauve la vie des imprudents qui se promènent rue Montorgueil, je ramasse les éclopés, coquille fendillée, qui errent, affaiblis, sur les parking de la fac...
cago.jpg
Et rien, non rien, ne pourra arrêter mon combat. C'est celui de toute une vie !

 

mardi, 13 mai 2008

Sauvetage urbain

Lundi de Pentecôte ensoleillé.

Je gambade rue Montorgueil, l'oeil comme toujours aux aguets, à observer les moindres détails. Un mur tout rugueux, une poupouf qui minaude, des poubelles sur le trottoir (aucun rapport a priori entre ces 3 éléments. A part peut-être pour les 2 derniers ?...) bref, plein de trucs à admirer.

Et soudain, là sous mes pieds ou presque, un être sans défense m'appelle à l'aide. Tout seul et visiblement abandonné, il attend sur les pavés de la rue. Mon sang ne fait qu'un tour, mon esprit chevaleresque prend possession de mon corps. Je me penche et attrape ce petit tout choupinou.

 

215265803.jpg

 

Je le garde dans ma main, décidé-je, jusqu'à ce que je trouve un espace vert où le déposer. Mais pas un pot de fleurs ridicule, hein? Plutôt un petit square par exemple... Et je marche donc avec mon petit ami dans la main. (Bon, y a une sorte de fou rire irrépressible à côté de moi. Du genre que je suis obligée de faire semblant que je suis pas vexée du tout par son attitude irrespectueuse envers la vieille dame que je suis...) Et le coup de chance, un petit jardinet apparaît. Du coup, je dépose mon précieux ami sur une plate-bande.

 

840223772.jpg

 

 Ouf il est sauvé. Je suis très très soulagée.

Parce que voyez-vous, j'adore les escargots. Pas d'un amour gastronomique mais d'un amour de petite fille qui en faisait l'élevage quand elle était enfant. Je les nourissais chaque jour d'herbe, de vermicelles ou de salade et jouais avec eux... Et aussi d'un amour d'adulte qui trouve touchant ce petit animal à l'apparence toute fragile qui peut pourtant réparer sa coquille tout seul quand il est blessé.
Oui, j'ai de l'affection pour les escargots.  Mais je ne suis pas la seule je vous ferais dire. Regardez plutôt cette dédicace !!

 

1049773586.jpg

lundi, 12 mai 2008

Qu'est-ce que c'est ?

C'est pas un jeu ni un concours.

J'ai croisé cette drôle de plante dans un jardin et j'aimerais bien savoir de quoi il s'agit.

Quelqu'un parmi vous le saurait-il par hasard ? 

1264563042.jpg

 

mardi, 22 avril 2008

Ca y est, c'est la saison !

1270230148.jpg

© http://www.pommiers.com

Cette chose malfaisante se nomme akène et me donne les yeux rouges du lapin atteint de myxomatose. Ça c'est pour l'aspect visible.

J'ai aussi l'impression que du sable a remplacé mes larmes (aïe non pitié, je veux pas cligner des yeux...)
Et aussi y a cette sensation écoeurante qu'il y a comme une sorte de voila de coton hydrophile collé au fond de ma gorge...
Ca m'éneeeeeerve !

C'est au point que je prends des anti-histaminiques figurez-vous !


Ça va durer quelques semaines cette chose, parce que les fruits du platane mettent un temps fou à bien se disséminer partout... Et impossible d'y échapper vu que toute ma rue en est bordée et qu'il y en a dans la cour sous mes fenêtres de bureau.

En attendant, je passe mes journées à m'hydrater les yeux...

683803541.jpg

 

Comble du pire, là, je m'apprête à me coucher tellement ça me tue !