Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 03 octobre 2006

Les NRJ Ciné Awards sont là : sauve qui peut !!


medium_breveon4825.2.jpgCa y est c'est fait, la radio NRJ se prend pour MTV. Profitant d'une vitrine sur la TNT grâce à NRJ12, elle se permet de mettre à l'antenne un sous sous sous MTV Movie Awards, humblement intitulé "NRJ Ciné Awards 2006". Le programme est de qualité : acteurs de seconde zone, prix copieusement pompés sur son homologue américain... vive le recyclage à la française.

La présentation est (malheureusement) assurée par Elie Sémoun (dont le talent d'acteur n'est plus à démontrer), qui, blagues à deux balles à l'appui, tente de détendre une atmosphère oscillant entre le public hystérique et des professionnels toujours prêts à s'amuser le temps d'une soirée :(

Selon un point de vue qui n'engage que moi, la France n'est pas à proprement parler le pays de "l'entertainment". Certes, les NRJ Music Awards ont progressé au fil des années mais ça reste une soirée Victoires de la musique en un peu plus dynamique. Il est temps de produire des shows et non plus des réunions de patronage qui se veulent vaguement branchées. Merci NRJ12

jeudi, 03 août 2006

On a retrouvé Katherine Chancellor

medium_dt_yr_act_large_jcooper.jpgAh les vacances, ça fait du bien de se lobotomiser devant un épisode palpitant des Feux de l'Amour sur TF1. Depuis quelques temps déjà je me posais une question essentielle à la survie de l'humanité : Mais que devient Katherine Chancellor ? Elle a tout simplement disparu du petit écran... quel malheur ! 

Pas une lettre, pas un sms, pas un mail rien... le silence total. Katherine, femme élégamment liftée à trois reprises de 83  ans, fait la joie des retraités et des patients en gériatrie de la France entière depuis plus de 30 ans. Car oui, Catherine a été livrée avec le soap opéra de CBS. Elle a tout connu, alcoolisme, mariages à répétition, prostitution... oups je m'égare, complots etc.  Mais elle résiste, malgré le malheur et la canicule !

Et voilà que j'allume la télé et que je tombe sur Katherine en grande conversation au Crimson Light ("Néon écarlate") avec Sharon - je chiale tous les épisodes -, directrice de l'établissement de prestige. Je me redresse dans mon canapé et j'esquisse un grand sourire de satisfaction. "Ah ben mémère t'as retrouvé le chemin du bar" me vient tout de suite à l'esprit. Mais je balaye d'un mouvement de tête cette vilaine pensée et contemple celle qui fait mon admiration. Une bague à chaque doigt, des lèvres d'un rouge incandescent, collier de perle, boucles d'oreilles 1950, fond de teint ultra couvrant, manteau de vison (qui a dit "en plein été ?" !!!) et brushing impeccable apportent une touche d'originalité et de classe. Katherine les enterrera tous, elle est increvable. Merci les Feux de l'Amour de l'avoir ramenée :) 

 Maintenant une question me taraude : Jill est-elle toujours vivante ? La suite au prochain numéro...

 

mercredi, 19 avril 2006

Et Vincent Bolloré créa... Direct 8

Quelle joie ! Quel bonheur ! Figurez-vous que le câblo-opérateur Noos UPC propose depuis aujourd'hui la chaîne de la TNT la plus fabuleuse au monde créée grâce à l'industriel Vincent Bolloré et menée de main de maître par le retraité Philippe Labro. Et là c'est le choc : la découverte du vide, du néant télévisuel, du gaspillage de pellicule en bonne et due forme.

Le concept est simple : des émissions 100% en direct avec du vrai fond genre la construction d'un hopital en Afghanistan par la journaliste Marianne Jacquemin et Muriel Robin (vue sur TF1 dans 7 à 8, sur France 2 dans Envoyé spécial...), des plans fixes de cinq minutes pendant des "interludes" qui fleurent bon l'ORTF, des journalistes qui sortent tout frais de l'école. Bref, la télé de papa, l'humour en plus.

Car oui c'est bien ça le nerf de la guerre: l'humour. Et il est omniprésent sur Direct 8 ! Toute émission a son moment humoristique : sujets éculés, matériel technique qui tombe en panne mais surtout la chaîne s'est dotée d'une mascotte. Né d'une relation fusionnelle entre Footix et le coq de Chicken Run, Tuitui (puisque c'est son nom) est de toutes les fêtes sur la chaîne : anniversaire, présence de M. Bolloré. Malgré son côté ringard, Tuitui est affreusement hype : il bouge, il danse, il parle... mais que serait le PAF sans Direct 8 ?

vendredi, 11 novembre 2005

A prendre ou à chialer

Ce soir, pour la première fois de ma vie, je ne comprends pas, j'ai allumé ma télévision et suis resté scotché sur le jeu Endemol animé par Arthur, A prendre ou à laisser. Je dois dire que je n'ai pas été déçu. Faut-il prendre le concept du "oui je suis cupide et je chiale à chaudes larmes quand je gagne 50 000 euros au lieu de 100 000" au deuxième degré.

Je préfère choisir cette option car pour offrir jusqu'à 500 000 euros à ses candidats, Arthur n'a pas lésiné sur les moyens : musique trash (choisie parmi les plus grands chef d'oeuvre d'André Rieu), décors somptueux (on se croirait dans un flipper), candidats très bien castés (caricaturaux et souvent affublés de sobriquets prestigieux dont Lorie, Lova Moor ou Musclor) bref le fin du fin. La partie commence : après un bref discours de l'huissier costume trois pièces made in TF1 (bien sûr il faut une caution morale au jeu), Arthur propose à un ou une des 22 candidats de jouer. Après un portrait fait au camescope VHS, le jeu commence vraiment. Et là c'est le festival : "oh la candidate a perdu 50 000 euros", l'animateur a l'air tellement désolé pour elle (normal il est payé pour ça) et la réconforte bien sûr (il faut quand même un minimum). Ah, elle élimine une boite à 100 euros, vite vite allons embrasser son propriétaire... C'est sûr il ne s'agit que d'un jeu, dont l'audience ne faiblit pas mais tout ça pour quoi : ridiculiser des gens qui le veulent bien et démontrer par là même que le rêve se vit à la télé ? Allez, on éteint !